Yves PLOUCHART

 

Yves PLOUCHART

Harmoniciste Chromatique et Diatonique

Né le 11 janvier 1945 en normandie.

Réside au Mans  (72000 Sarthe)

Mail : yves.plouchart@sfr.fr

Genre musical : Jazz, Blues, Folk, Variété ...

 

Dscn8770

Né sans savoir pourquoi le 11 janvier 1945 en normandie, c’est la fin de la guerre et on arrive à deux.

Serais-je donc aujourd’hui le plus ancien de la bande ? De toute façon il n’y a pas d’âge quand on aime.

Un peu de solfège a égayé ma jeunesse mais aucun instrument pratiqué, faute aux copains qui tiraient les sonnettes en rentrant des cours. Interdiction paternelle d’y retourner. Du gâchis après trois années de théorie mais on ne rigolait pas.

Et maintenant pourquoi l’harmonica ? : simplement parce qu’il passe dans ma poche et me suit partout. C’est un bon copain et puis il a aussi ce « son » si particulier que s’en est presque une féerie surtout quand on arrive à dominer un peu la « petite bête ». A part l’harmonica, l’autre passion c’est la généalogie.

Dans les faits, j’ai découvert l’harmonica sur une subite envie en passant devant la vitrine d’un marchand de musique.

Il faut dire que dans ma jeunesse j’avais participé avec un groupe à de petites animations dans les kermesses, hôpitaux et maisons de retraite autrefois appelées hospices. C’était avec une guitare et un ami, jeune non-voyant, au piano, plus une demie douzaine de copines qui chantaient en choeur. Un collègue de travail connu dans la région assurait le chant solo. Cà marchait pas mal. Internet n’existait pas, les loisirs n’étaient pas légion.

Nos répétitions se faisaient chaque semaine chez une brave dame qui connaissait bien la musique et nous dirigeait gentiment. La Ferté Bernard 1963…. que de souvenirs !

En 1966 c’est l’armée, en Allemagne, service dans un semi-disciplinaire. Pourquoi ? J’avais jamais écrasé un chat. Passons les mauvais souvenirs.

Puis les années s’écoulent ... cinquante pour le moins, boulot, boulot, SNCF jours et nuits, des enfants, et un jour je me retrouve devant une devanture présentant quelques harmonicas tous plus brillants les uns que les autres. Eblouissement instantané et furieuse envie de souffler « là dedans », pour essayer et entendre.

Cette envie me reprend donc de faire de la musique mais avec un instrument facile à emporter. Quoi de mieux qu’un harmonica ! Rapide hésitation sur le trottoir et hop ! J’entre et j’en veux un, oui mais lequel ?

Le vendeur me conseille un diatonique alors que je ne savais même pas ce qu’était un accordage Richter. J’emporte donc l’instrument et lui découvre un son merveilleux pour mes oreilles peu habituées.

C’est alors un premier échec avec les « bends » et, peu patient, je me contente de petites chansons sans altération mais rapidement çà limite le répertoire, ce n’est donc  pas suffisant. L’étape suivante me fait donc acheter un chromatique. Ce premier chroma est resté dans un tiroir quelques jours après, un second l’a suivi. Problème de valves qui collent. Le troisième est le bon, le prix aussi mais aujourd’hui pas de regret. Une 2CV contre une Rolls, que feriez vous ? Il aurait fallu pouvoir les essayer mais ce n’est ni un piano ni un violon et il y a des questions d’hygiène. Normal !

Venons en à mon répertoire préféré : aucun en particulier mais tout ce qui me passe par la tête et qui me plaît aussi bien dans la variété que dans un petit peu de classique a condition qu’il n’y ait pas trop d’altérations. Le bonheur est partout dans la musique et l’harmonica ! Essayez et vous verrez. Mes goûts vont toutefois davantage vers les années 60. Ah ! Elvis, les Platters …..

Seul pendant trois ans, j’ai cherché sur internet pour trouver des amis qui pourraient partager la même passion et je suis tombé sur ce site. Sitôt dit, sitôt fait, j’envoie un mail, et prends des renseignements auprès de Dominique, membre du club. Me voici maintenant avec Gérard « the boss », Bruno et les autres, bien content de partager quelques notes et de m’user le souffle en groupe avec mon « ruine babines ». L’accueil est chaleureux, c’est très bon pour le moral et la santé, aucune contre indication. Usons, abusons, pour le souffle c’est aussi nettement au dessus de la cigarette.

Alors allons-y ! Et que çà dure le plus longtemps possible.

Yves